Le mot des organisateurs

IMG_2124

.

La Faculté des Sciences du Sport (FSS) de Poitiers organisera, les 10 et 11 mars 2016, le quatrième Colloque National SPORT et SÉCURITÉ. Après la Gestion du risque en plongée subaquatique de loisirs (2010), la Gestion du risque de noyade dans les piscines publiques (2012) et la Gestion du risque dans les baignades et les pratiques sportives sur le littoral français (2014), cette nouvelle édition reprendra une thématique marquante : « L’accident de noyade en piscine publique ».

Encore une fois, cet événement tentera de faire le lien entre la connaissance universitaire sur le risque dans les Activités Physiques et Sportives (APS) et les préoccupations des acteurs du terrain (élus, directeurs des sports, directeurs de piscines, chefs de bassins, maîtres-nageurs sauveteurs, formateurs, etc.). Cette année, le colloque se déroulera sous une forme nouvelle : durant deux jours, une quinzaine d’experts interviendront sur diverses thématiques suivant une synoptique chronologique : « de la genèse de l’accident aux conséquences judiciaires ». L’idée est de sensibiliser et éclairer les professionnels du milieu sur les différentes étapes constitutives d’un accident (avant, pendant et après). Afin de pouvoir juger de la pertinence des interventions et de la qualité des experts sollicités lors des éditions passées, nous vous proposons de consulter les sites internet suivants : www.plongeesecurite.fr, www.piscineetsecurite.fr, www.plage-securite.fr.

Cette manifestation bisannuelle est indéfectiblement soutenue par l’Université de Poitiers et son conseil scientifique. De nombreux partenaires institutionnels, fédéraux, professionnels, syndicaux ou encore commerciaux sont attendus. Des collectivités territoriales telles que Grand Poitiers, le département de la Vienne, la région Poitou Charentes seront, une nouvelle fois, associés à l’événement.

Comme pour les précédents colloques, le comité de pilotage de ce grand rendez-vous regroupe cinq étudiants de Master 1 Management du Sport, encadrés par Pascal Lebihain, enseignant-chercheur à la FSS de Poitiers et spécialiste de la gestion du risque en piscines publiques (qui interviendra également en tant qu’expert). L’équipe mettra au profit de l’événement l’ensemble de ses compétences quant à la conduite de projet afin que celui-ci rime avec réussite.

.

Présentation du colloque

Pour de multiples raisons, éthiques, juridiques, techniques …, la sécurité reste au cœur de nos préoccupations. Avec plus de 5000 piscines publiques, et une accidentalité chaque année un peu plus médiatisée, les communes propriétaires de ces équipements sportifs, les gestionnaires chargés de les exploiter, sont, au quotidien, concernés par cette dimension sécuritaire. Dans ce paysage complexe du risque et de ses conséquences, la noyade tient une place bien particulière compte tenu de sa gravité potentielle et de la rapidité de sa survenue. Si les élus, les fédérations, le législateur, les pouvoirs publics, les exploitants et leurs personnels se préoccupent depuis toujours de la sécurité de ces pratiques, il n’en demeure pas moins que des accidents subsistent et ne semblent pas toujours expliqués. L’été 2015 ayant été particulièrement accidentogène sur le plan des noyades (sources intermédiaires INVS 2015), comment expliquer ces accidents ? Pourquoi surviennent-ils ? Ces accidents sont-ils toujours inexplicables ? Doit-on accepter comme une fatalité leur survenue, comme un « déchet » naturel du système de pratique de nos loisirs sportifs ? Ou peut-on envisager d’en mieux comprendre la genèse, afin, peut-être, d’en limiter, tant du point de vue de la prévention que de la protection, la survenue ou la gravité ? Devant l’évolution croissante de la complexité des systèmes, il est normal et responsable d’anticiper et d’échanger sur l’amélioration continue de nos pratiques de loisirs.

Ce quatrième colloque sera le fruit d’une collaboration entre le milieu universitaire et le monde professionnel des piscines. Ces deux journées de mars 2016, au programme particulièrement dense, seront riches d’enseignements mais surtout sources de réflexion et d’échanges pour l’ensemble des acteurs concernés par la sécurité et la gestion des risques en piscines publiques.

Chacun des acteurs clés de ce milieu si spécialisé des piscines trouvera dans ce colloque matière à optimiser la sécurité dans son univers de pratique. Les résultats de ces débats constitueront autant d’outils d’aide à la décision, que les acteurs décideurs pourront s’approprier, afin de faire progresser davantage la prévention et la protection de l’accident de noyade.

.

Intérêt scientifique du colloque

Si les connaissances produites par les experts techniques et scientifiques du risque sont importantes dans les domaines du nucléaire, de la pétrochimie, de l’industrie ou de l’aéronautique, il en est tout autrement dans le domaine des services, et notamment des loisirs sportifs.

Qu’en est-il du point de vue des accidents enregistrés dans ces différents secteurs économiques, de leurs conditions de survenue, des mesures de prévention et de protection mises en œuvre pour empêcher leur survenue ou limiter leurs conséquences ?

Si le nombre et la nature des accidents constatés dans le secteur des loisirs sportifs ne fait guère la Une des journaux, il n’en demeure pas moins que se cachent derrière ces événements, d’abord des drames humains, mais aussi des conséquences morales, financières, pénales et psychologiques qui touchent l’ensemble des acteurs partie prenante de ces « systèmes » souvent complexes. Si des règles étatiques (ou locales) existent et que des acteurs de terrain sont formés, diplômés et semblent entretenir le plus souvent leurs compétences, les piscines publiques françaises enregistrent pourtant de nombreux accidents, parfois mortels. Les risques rencontrés étaient-ils identifiés et/ou prévisibles ? Les conditions de survenue de ces accidents sont-elles endogènes (c’est à dire produites par le système lui même) ?

Des recherches et études récentes menées notamment par Elie Vignac, Bastien Soulé, Pascal Lebihain et Pierre Lebrun montrent que les méthodes de gestion des risques restent souvent perfectibles dans nos systèmes sportifs, et que les acteurs sont parfois ancrés dans des représentations sources de défaillances potentielles sur le plan sécuritaire. Les cindyniques (qui ont conceptualisés les sciences du danger) nous proposent des modèles de réflexion qui ont fait leurs preuves dans d’autres milieux ou les accidents ont des conséquences désastreuses. Les travaux que nous menons nous amènent à penser que les systèmes sportifs auraient intérêt à s’appuyer sur des méthodes de management de la sécurité plus rigoureuses.

Notre objectif final est donc clairement de tenter d’expliquer ce qui se cache derrière les apparences.

Dans l’attente de vous compter parmi nous…

EXCELLENT COLLOQUE A TOUS !

Le comité de pilotage

Recherche

Menu principal

Haut de page